Ce week-end, le Collège Cévenol au Chambon-sur-Lignon fête son soixante-dixième anniversaire. Mille anciens élèves sont attendus sur le campus. Les lycéens d'aujourd'hui se mobilisent pour l'événement

Reportage et photos Fabienne Mercier (source et copyright Le Progrès)

CC_mai_2009.jpg

« Nous avons 890 inscriptions. Nous serons vraisemblablement plus de mille anciens élèves réunis. L'association des anciens, que je préside, apporte un potentiel de mobilisation important. Il restera à l'établissement à le faire fructifier pour permettre au Cévenol de se développer avec de vrais projets porteurs menés par l'équipe de direction. Pourquoi pas autour de l'internationalisme, au sens d'aller à la rencontre l'autre, et de la non-violence ? Ce lycée, c'est une pépite. Les financements, on les trouvera si les projets existent », assure Laurent Pasteur.

La jeune cinquantaine, Ce Parisien est la cheville ouvrière de l'événement qui va drainer pas mal de monde ce long week-end sur le plateau Vivarais-Lignon.

Un événement, qui, au-delà de son aspect festif, pourrait bien donner un souffle neuf à l'établissement emblématique du Chambon-sur-Lignon. LP_mai_2009.jpg

Laurent Pasteur, c'est l'homme qui a requinqué l'association d'anciens qui vivotait, pour ne pas dire qui s'éteignait. « Quatre adhérents l'année dernière, 350 adhérents à jour de leur cotisation aujourd'hui. Par le biais d'Internet, j'ai dans ma base de données 2 000 personnes sur un chiffre global estimé à 25 000 élèves qui sont passés par le Cévenol. Lorsqu'il y a un an, le 16 juin, j'ai lancé mon blog comme une bouteille à la mer pour toucher des anciens du Cévenol, je n'imaginais pas une minute en arriver là. De vingt contacts le premier jour, à cinquante le second, le truc a gonflé, gonflé… » Pour l'heure, tout le monde s'affaire afin de régler les ultimes détails de journées qui combinent débats, concerts, expositions, randonnée pédestre avec en point d'orgue, lundi, l'ascension du Mont-Lizieux. Deux cultes complètent le dispositif. Ces journées sont placées sous le label de la Coordination française pour la décennie internationale de la promotion d'une culture de la violence et de la paix dans le monde. Et les lycéens sont aux premières loges qui ouvrent les festivités aujourd'hui avec une après-midi ludique. « Les jeunes nous aident très concrètement en nettoyant le campus par exemple », se félicitent en cœur Sam Debard, Francis Heizzman, deux anciens mobilisés.

Et d'ajouter : « Il n'y a pas de nostalgie dans notre démarche. Notre souhait n'est pas de recréer le collège que nous avons connu, mais de participer à une réflexion pour le dynamiser. »