Quelques jours auparavant, notre présence même à "Protestants en Fête" avait semblé fortement compromise. « L’esprit fermé » de certains, si contraire à celui sensé souffler sur le plateau du Lignon, avait tenté de « fermer l’espace » à la pétulance des anciens. En vain. Effet boomerang : tous les organisateurs furent très attentionnés à notre égard. Merci en particulier à Jacky Barthel et à toute son équipe. Et toutes les personnes concernées par le devenir du Collège Cévenol prirent le temps de longs échanges très précieux, intelligents et chaleureux. Une grande bouffée d’air frais, de réflexions constructives et d’encouragements à poursuivre le formidable élan que nous constituons et à le mettre au service du seul Collège, quelle que soit l’expression des passions si connues à son sujet, si délétères parfois, si consubstantielles à cette exceptionnelle aventure pourtant.
C’est ainsi que nous eûmes la visite de Jean François Collange, président des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine, président du Conseil Scolaire de la FPF et de Bertrand Vergniol, tous deux membres du bureau de la FPF. Nous avons pu longuement converser aussi avec Jean Pierre Perrin, proviseur du Gymnase Jean Sturm, nos « cousins » de Strasbourg. Et tant d’autres encore. Bien sûr, nous avons eu la visite d’Anne Marie Boyer, administratrice du Collège, toujours amicale et apaisante, et celle de la présidente de l’AUCC, Martine Chauvinc Chiffe. Ce fut l’occasion de prendre le temps d’exprimer, enfin, bien des considérations réciproques sur le chantier de nos relations.



Notre tente était située place Gutenberg, à la croisée des flux entre les autres espaces de cette manifestation. Nous la partagions avec l’Union Chrétienne des Jeunes Gens (UCJG-YCMA) dont la sympathie naturelle et la dynamique joyeuse étaient à l’unisson des nôtres. Le Camp Joubert et le Collège Cévenol côte à côte, clin d’œil de notre histoire commune!

Ce fut l’opportunité de nouvelles rencontres, notamment avec Marc Lehning, leur président, et Sylvie Wolf, la directrice de la rue de Trévise, qui nous a proposé de nous accueillir en ses locaux pour nos activités parisiennes. Durant trois jours nous avons campé sur cette place (non ! Pas la nuit !), le fond de l’air était frais, brumeux le matin et sans vent. De précieuses éclaircies de soleil nous ont opportunément réchauffés. Nous ? Roland Mayer (65-68), bien sûr, qui avait tout organisé sur place avec l’aide de sa famille et de ses amis. Alain de Madaillan (65-66) et moi-même, Laurent Pasteur (67-69), venus de Paris, François Heizmann (57-61), Alain et Florence Child Toulmond (58-63) venus de Lyon en renfort ! Nous avions réalisé des panneaux pour présenter le Collège, « hier » et « aujourd’hui ». Nous avions reçu de la municipalité des brochures sur le Chambon et, faute de matériel fourni par le Collège, nous avons pris les adresses de toutes les personnes intéressées par le Collège Cévenol pour leurs enfants. Et puis nous avons vendu une vingtaine de CFD 70 bis et diffusé en boucle le film du 70ème de Paul Dopff (64-65). L’affiche que nous avons créée pour le Collège, illustrée par Vincent Monod (63-68), a été très appréciée par sa présidente à qui nous en avons offert un exemplaire.

Nous avons rencontré de nombreux anciens. Notamment Françoise Levy-Coblentz (41-45), François Baldensperger (41-42), Lysiane Wolf-Strohl (50), Jean Richard (campeur 56), Jean Marc Durand (56-58), Guilaine Krug (56-57), Philip Girodet (59-62), Annette Urban-Fritz (62-64), Micheline Manny (63-69), Jean-Marc Schmidt (65-67), Daniel Dounovetz (66-67), Nicole Dailcroix (camps d’été 69-71), Philippe Eber (73-76), Sœur Anne Blanzat (75-80), Jonathan Valentin (200?), Johanne Oberlin, Marthe-Anne Siegwalt-Thouvenin, Nicole Matter-Jansen, … Certains d’entre eux n’avaient pas pu se rendre à la Pentecôte ou n’en avait pas eu connaissance. Ils étaient tous ravis de cette reprise de contact, cette porte ouverte sur ces retrouvailles en continue. Françoise nous a confié le dernier exemplaire de son livre auto-édité sur ses années au Chambon « Il y a trois fois vingt ans » et dont nous allons faire une copie numérique ; et Jean Marc nous a confié son magnifique album de photos (65-67) pour lequel nous allons faire de même. Certains se sont mis en duplex avec nous au fil du week end tel Gérard de Turkheim, navré de ne pouvoir se déplacer, contraint par ses engagements locaux d'animateurs...

Et puis d’autres contacts encore, amicaux, attentifs, intéressés par le Collège Cévenol aujourd’hui tels que ceux avec François Cabrière, Jean-Louis Soubeiran, Roland Gosselin, Anne-Françoise Huckel-Goy, Frédérique Grimm-Beli, Annie Maurer, Patrick Dröge, Rodrigue Valentin, Claude Kater…

Durant trois jours, Roland a aussi tenu à nous faire goûter toutes les spécialités locales, fleisch-kichele, flammekuech, et la meilleure choucroute au jarret de Strasbourg… C’est dire que de dîner en déjeuner et de déjeuner en dîner, la convivialité s’est largement exprimée.

Il nous restait peu de temps avec tout ça pour faire un tour au sein de toutes les expositions, les stands et les animations multiples de ces trois jours. Mais de cela les médias en ont largement parlé et d’autres que moi seront plus qualifiés pour en rendre compte.