C'est l'appel de "Cool Cevenol" sur Facebook à l'attention de ces 1600 amis, anciens et actuels, élèves, parents, professeurs, salariés et compagnons de route du Collège Cévenol.

Voter plus que s'abstenir, c'est l'enjeu de la démocratie, c'est une contribution à l'éducation permanente à l'éducation à la paix et à la non-violence active.

Nul doute que toute la communauté du blog Collège Cévenol en est bien convaincue.

Voici le texte de Cool Cevenol :

Comment pourrions nous prôner une culture de la paix, sans défendre la démocratie et le droit de vote, sans secouer nos conscience face au désintéressement à ces fondamentaux de la vie sociale et politique pacifiée, sans lutter contre l’abstention ?

Bien sur la démocratie connaît des formes très variables selon les conditions historiques, économiques et politiques qui la déterminent. Elle est malheureusement souvent gangrenée par bien des travers, ce qui entraîne le désintérêt de nombreux citoyens pour la vie politique de leur pays et mine la démocratie. Elle n’en reste pas moins le meilleur outil de construction de la paix et de sociabilisation non-violente.

Beaucoup d’entre nous, formés ou sensibilisés à une éducation à la paix et à la non violence, en ont bien conscience. Mais l’éducation à la démocratie doit être continue tout au long de la vie : car il s’agit d’un entraînement au respect de tous, par tous, dans le cadre de règles acceptées, avec l’objectif de prévenir les conflits et d’apprendre des règles de négociation, de non-violence et de maîtrise de soi car la première pierre entraîne d’autres pierres. Si l’éducation des plus jeunes à une vie démocratique s’apprend autant dans la famille qu’à l’école, elle doit encore se poursuivre tout au long de la vie. Par l’exemple de chacun.

Oui, l’éducation de tous à la non-violence commence par l’exemple de soi : voter, blanc, noir, rouge, bleu, rose, vert, jaune, c’est agir concrètement en faveur de la démocratie et de la sensibilisation de tous aux enjeux fondamentaux de liberté notre temps.

Voter les 13 et 20 mars prochain alors que tout le monde annonce le désintérêt du plus grand nombre, c’est faire la démonstration que nous, acteurs déterminés de la démocratie et de la non-violence, croyons plus que jamais que c’est par l’engagement citoyen de chacun que nous pouvons bâtir un monde meilleur.

Les 14 et 21 mars 2010 je vote. Blanc, noir, rouge, bleu, rose, vert, jaune, peu importe : car l’abstention est avant tout le fossoyeur de la paix et la démocratie.