Elargissement du Camp d’été

Dès la Pentecôte 2009, Laurent Pasteur et Sam Debard s’étaient entretenus longuement avec nos amis américains (AFCC) sur les opportunités qu’il y aurait a développer les camps d’été. Comme vous le savez (!) ceux-ci existent depuis 1946 et ont toujours contribué à poursuivre en été les échanges internationaux et surtout, à contribuer aux travaux de construction d’abord, puis d’entretien maintenant du Collège.

Mais aujourd’hui ceux-ci ne perdurent que grâce aux seuls efforts des américains qui réussissent heureusement chaque année à constituer une équipe d’une vingtaine de participants. N’était-il pas évident qu’il y avait là matière à « internationaliser » ce chantier, à commencer par une participation française ?

Cette perspective s’est confirmée lors de la participation de Laurent et Sam à l’assemblée générale de l’AFCC à New York en novembre. Sujet, hélas, suspendu dans le contexte des tensions de fins d’années, mais heureusement repris avec l’ouverture de mars. Laurent suggère alors que nous enclenchions la promotion de ce camp auprès sur notre continent avec la perspective, et pourquoi pas, d’en doubler les effectifs ! Un chantier de plus, un pari de plus, rien ne nous arrête.

Il se trouve que, outre mes activités « collegecevenoliennes », j’interviens comme consultant dans deux écoles lyonnaises : une école d'ingénieurs, CPE, et une école de commerce International, 3A. Membre du jury au concours d'entrée de l'école 3A, ayant en charge l'oral d'anglais, j'avais constaté combien il est vrai que tant de candidats ont du mal à s'exprimer à l’oral, a contrario d’un écrit mieux maitrisé.

Cette année, grâce au blog (!), j'ai réalisé qu'une fois de plus il y aura un camp d'été organisé par l'AFCC, les amis américains et que celui pouvaient être ouvert à d’autres… Alors oui, je me suis dit que ce serait bien de réunir les jeunes américains souhaitant converser en français, avec des étudiants français si nécessiteux de perdre leur appréhension à en faire autant en anglais.

J'ai donc pris contact avec Philip Barnard, et nous nous sommes mis d'accord sur une participation des étudiants français sur la base d'un français pour deux américains.

Quinze candidats à l'entrée à l'école 3a ont été sollicités par courriel afin qu'ils s'enregistrent sur le site web de l'AFCC. Il n’est pas impossible que le défi de Laurent soit gagné d’un coup et que nous ayons in fine une participation de un pour un.

Comme quoi, un peu de communication et de partage, un poil de détermination et d’enthousiasme, il n’en faut pas tellement plus pour soulever quelques montagnes, fussent-elles celles du plateau du Lignon !

François Heizmann