Élaboration du dossier "Internat d'excellence"

De tous les actes, le plus complet est celui de construire [Paul Valéry]

Dimanche soir 14 mars, la soirée s’annonçait tranquille, voire un peu pauvre en surprise quand mon téléphone sonna. Au bout du fil une personne qui m’est chère, un compagnon de jeunesse, retrouvée dans le cadre des efforts récemment produits pas les uns et les autres pour résoudre les absurdes défiances nées des initiatives bon-enfants de l’AACC, telles que celle de notre participation à « Protestants en Fête ».

Cet ami venait de participer à une réunion bilatérale entre le Ministère de l'Education nationale et la Fédération Protestante Française. Son objet concernait la création de 40 internats d'excellence dans le cadre du Grand Emprunt. La Fédération Protestante avait aussitôt fait valoir qu’elle ne saurait être tenue à l’écart de ce projet et, ceci convenu, avait évoqué toute la pertinence qu’il y aurait à sélectionner à cet effet le Collège Cévenol. Heureuse attention, bienheureux et fidèle soutien.

Mais nous étions au lendemain même de l’Assemblée Générale du 6 février, de la confusion régnant alors sur la bonne gouvernance de l’AUCC, des craintes sur sa capacité à faire face aux difficultés financières en cours et à juguler son manque de vision. Comment s’assurer que fusionnent en un minimum de temps toutes les ressources et compétences requises pour un tel dossier ? Nous avions déjà beaucoup débattues ces questions dans le cadre de nos travaux au sein de l’AACC et tenter dans partager les résultats à l’occasion de « l’ouverture » du 19 décembre. Nous étions prêts à poursuivre, disponibles, soucieux de nous mettre au seul service du Collège pour peu que celui-ci sache distinguer l’intérêt général des postures particulières. Fort heureusement, le nouveau président de l’AUCC, Claude Le Vu, a su faire la part des choses et prendre les mesures pragmatiques qui s’imposaient. Fabien Larroque, le directeur, était aussitôt chargé bien évidement de monter le dossier et toute liberté lui était donné de s’entourer des compétences souhaitées, d’où qu’elles viennent !

Toutes réserves suspicieuses étant écartées, le travail devint bien plus simple. Comme nous le faisions depuis un an déjà, un échange de mails intenses et de contributions croisées s’est réorganisé à ce sujet au sein de ce « groupe des 40 » qui anime aujourd’hui nos activités. Fortement impliqué sur ces travaux, en mesure de me rendre disponible, convenant volontiers au souci constant de Laurent de bonne organisation afin d’être productifs et transparents, j’acceptais de piloter le projet. Une réunion technique était aussitôt organisée au Collège avec Fabien Larroque le 4 avril. Nous y passâmes la journée avec ceux qui avaient pu se libérer inopinément Thierry Maous, Francis Deval et moi-même. Un plan de travail y était convenu ainsi que le partage des taches. Les équipes du Collège définiraient le pan pédagogique du projet Internat d'Excellence, et nous apporterions de l'aide dans la recherche de solutions pour la réhabilitation des bâtiments et du campus. Avec toutes les données techniques et financières afférentes.

Bien heureusement, Alain Roche avait d’ores et déjà établi un précieux travail de recensement de tous les travaux importants devant être faits même hors projet IE. Par ailleurs les comptes rendus des recherches et pistes de réflexions de Laurent Tournaire et Laurent Pasteur avaient donné de bonnes bases à nos pistes d’approfondissement. De nombreux courriels échangés avec Thierry Maous, Vincent Monod et Sylvain Sorgato ont orienté nos réponses dans des directions à même de concilier nos points de vue et ceux exprimés par Alain Roche et Pierre Rousset. Enfin, chacun d’entre nous tous (les 40 !) a apporté sa contribution, qui son conseil, son travail, son humour, son encouragement, son enthousiasme, son questionnement,… Tout ce qui fait la richesse de ce mode de travail collaboratif qui caractérise si fortement les échanges entre anciens aujourd’hui.

L’un des grands chantiers concerne l'isolation thermique et le changement des huisseries du Batisco et de Milflor. A cette occasion serait modifié le mode de chauffage des bâtiments. Nous pensons intéressant de faire installer des pompes à chaleur sol eau complétées en période de grand froid par les actuelles chaudières au fioul. Le système de radiateurs du Batisco étant vétuste, il serait remplacé par un chauffage au sol, concomitamment à son isolation phonique.

Un autre chantier, important et obligatoire (normes 2015) concerne l’accessibilité des bâtiments par les personnes handicapées. Pour les internats il sera possible de créer des chambres en rez de chaussée et de rendre accessible le réfectoire de Luquet. Pour le Batisco il serait possible de construire sur l'arrière un bâtiment un ascenseur desservant notamment des sanitaires adaptés. Dans pratiquement tous les bâtiments un nombre certain de portes devront être élargi à 90cm au lieu des 80 cm actuels...

D'autres gros travaux sont à envisager : la réfection des voies de circulation sur le campus, la création d'un parking unique afin de limiter la circulation automobile aux alentours des bâtiments principaux, l’établissement de liaisons par fibre optique enterrée entre tous les bâtiments. Il va très probablement aussi falloir prévoir la construction d'un CDI, le local actuel n'étant pas aux normes et ne pouvant être adapté.

Le terre-plein devant le Batisco devrait être repris, il faudrait remplacer la partie en terre battue, devenant facilement boueuse, par quelque chose de plus esthétique et fonctionnel. Ne pas oublier que c'est par ce terre-plein que les élèves ont accès au bâtiment... S'il y a dans l'assistance publique des personnes qui se sentent l'âme d'architectes d'extérieur qu'ils soumettent des dessins...

Les sols de Milflor devraient aussi être repris, les dalles étant follement éprises de liberté. Les sols du Batisco le seraient après la mise en place du chauffage par le sol. Suite aux modifications du sous-sol du Batisco, il ne serait plus possible de faire rentrer les élèves par le sous-sol et y laisser leurs affaires pendant la longue période d'hiver.

Enfin, last but not the least, le dernier chantier serait l'informatisation du campus. La demande initiale est fondée sur un PC pour deux élèves internes. Evoluant à moyen terme à un PC par élève. Il faudra donc concevoir et s’équiper d’un réseau fonctionnel et adapté. Dans chaque salle de classe, il y aurait alors un vidéo projecteur au plafond, un tableau interactif, une caméra vidéo et un système de visioconférence pour permettre la diffusion de cours à destination de classes d'établissements partenaire, ou d'élèves malades... La conception de cet ensemble reposant sur quelques principes de bases tel que :
- Limitation les liaisons WiFi aux seuls espaces sans autres solutions d’accès.
- Une seule imprimante par bâtiment, aucune imprimante dans les internats.
- Un serveur par bâtiment, et système de contrôle d'accès à internet en fonction de paramètres à fixer par le personnel enseignant et de surveillance des internats.

Le 19 mai une première réunion aura lieu avec un architecte en charge de la définition de la partie matérielle du projet.

Parallèlement, et toujours sous la direction de Fabien Larroque et en collaboration avec Claude Le Vu, une réflexion sur le positionnement stratégique d’un tel projet et sur la cohérence de sa présentation avec les fondamentaux du Collège bénéficie des contributions de Fréderic Mignon et de Laurent Pasteur.

Bien sûr, bien sur, bien sur, que personne ne se méprenne. Cet enthousiasme, cette ressource généreuse et, espérons-le, pertinente, n’est forcément qu’une contribution parmi d’autre et nul ne doute que bien d’autres que nous travaillent tout autant à proposer des solutions pragmatiques, solides et adaptées aux réalités. Mais ici, nous ne pouvons prétendre à rendre compte que de notre seul travail. Le seul d’ailleurs dont nous ayons connaissance qu’il existe.


Francois Heizmann