magritte.jpgL’urgence d’un nouveau départ pour le Collège Cévenol

Samedi le 26 novembre 2011 on a enterré Agnès, lycéenne qui aurait eu 14 ans ce même jour, si elle n’avait été violée et assassinée par un autre lycéen de 17 ans. Tous deux étaient scolarisés au Collège Cévenol au Chambon-sur-Lignon.

De nombreux collégiens et lycéens, une rose blanche à la main, ont assisté à la triste cérémonie afin de rendre un dernier hommage à leur camarade.

Issus de plusieurs générations d’anciens du Collège Cévenol,

  • Nous souhaitons, malgré nos diverses distances chronologiques et géographiques, exprimer notre chagrin en nous joignant symboliquement à ce cortège. Agnès restera pour toujours « notre » camarade tragiquement disparue, nous ne l’oublierons jamais.
  • Nous voulons aussi témoigner de notre attention et de notre complète solidarité envers les élèves actuels et envers toutes les personnes qui les soutiennent au quotidien.
  • Nous condamnons fermement ce crime :
    • Parce que force est de constater qu’il ne s’agit pas ici de n’importe quelle violence mais de celle, chronique et sexuelle, faite aux femmes ;
    • Parce qu’Agnès, une jeune fille de 14 ans en plein devenir, était une de ces femmes ;
    • Parce qu’Agnès était scolarisée au Collège Cévenol comme nous l’avons été ;
    • Parce que le Chambon-sur-Lignon - Village des Justes - s’est, de tous temps, exemplairement illustré par son aide à ceux qui étaient soumis à la violence et à l’injustice ;
    • Parce que le Collège Cévenol rapproche et lie pour toujours les anciens et les élèves actuels ;

Si un lycée renommé ou de prestige se voyait endeuillé par un tel drame et si la presse n’en restituait essentiellement que des échos négatifs, une réponse positive et collégiale d’anciens élèves s’imposerait pour rappeler les qualités et réussites de leur établissement.

En ce qui concerne notre établissement, il y eut de nombreuses réactions, pour la plupart isolées, parfois inexactes, souvent caricaturales et péjoratives. D’autres sont heureusement venues tempérer ce climat médiatique délétère et rééquilibrer les points de vue.

Pour notre part, c’est toutes générations confondues et collégialement rassemblées autour de l’Association des Anciens du Collège Cévenol (AACC) que nous souhaitons rappeler que cette école, quoique semblable à tant d’autres collèges et lycées, n’en demeure pas moins un lieu d’exception . En effet, le Collège Cévenol :

  • est un bel établissement, situé en pleine NATURE ;
  • cultive la DIVERSITE parmi ses élèves : externes et demi-pensionnaires de la région côtoient des internes en provenance de toute la France et de pays du monde entier. Tous étudient au même rythme ;
  • apprend l’AUTONOMIE, encourageant les initiatives individuelles et prônant l’esprit d’équipe, alliant la liberté de mouvement à la régularité dans le travail : deux études quotidiennes obligatoires de 17h et du soir, des horaires de repas, du sport etc. ;
  • ouvert, sans mur, apprend aux élèves la liberté et l’indispensable RESPONSABILITÉ qui va avec, l’implication de chacun dans le groupe pour que tous puissent s’épanouir dans ce cadre.

Parfaitement normale et sociale, la répartition entre le temps libre et le temps d’étude d’un élève du Collège Cévenol est somme toute fortement optimisée, comparativement à tous les jeunes scolarisés de 13 à 18 ans.

Dans ces conditions, notre association intergénérationnelle exprime son profond attachement au Collège Cévenol et à ses valeurs. Nous ne nous raccrochons pas de façon nostalgique au passé d’anciens élèves que nous avons été, mais pensons au présent et à l’avenir de tous ceux qui y séjournent actuellement..

Nombre d’entre nous ont eu ou ont encore à ce jour des enfants scolarisés dans cet établissement. Timothée est l’un d’eux : fils d’une ancienne élève signataire de cette tribune, il nous a enjoints d’écrire que, malgré le crime odieux qui s’est produit, le Collège Cévenol reste à ce jour et à ses yeux « le meilleur bahut qu’il connaisse».

En constant échanges au sein de l’AACC, nous avons mis de l’ordre dans nos interrogations et clarifié nos inquiétudes. Nous appelons de nos vœux des États Généraux du Collège Cévenol, visant à redéfinir une vision et des objectifs, ainsi que les dispositifs et les moyens à mettre en œuvre avec tous les acteurs compétents et de bonne volonté, pour relever le défi du Collège de demain.

La prochaine AG qui se tiendra à Lyon le 10 décembre prochain doit permettre d’en débattre.

Pascale Abrard, Véronique Abrard, Kathy Bean, Mark Bean (1962/1985), Christophe Behnam , Gilles Behnam (1975/1977), Philippe Bertron, Bertrand Bollack, Rémi Bollack (1972/1977), Jean-Kamel Boukhechem, Bruno Chareyron (1979/1982), Alain Deléage, Margaine Deléage, Marianne Galland (1965/1972), Stéphane Garnier, Frédéric Giner, Martine Giner (1973/1977), Catherine Hantz-Garnier, François Heizmann (1957/1969), Anne Hollard (1971/1977), Stéphane Hollard, Pierre-Yves Lévêque (1976/1978), Djimadoum Mandekor, Jean-Christophe Montupet, Olivier Nykerk, Laurent Pasteur (1967/1969), Angeline Petala, Véronique Payan-Bean (1977/1981), Catherine Rançon, Michel Seror … et tous les nombreux anciens qui chaque jour viennent s’associer à ce texte.

Vous pouvez vous joindre à ce texte en rajoutant simplement vos noms en "commentaires"

Ce texte a été publié le 9 décembre 2011 sur le site du Nouvel Observateur.