Un rêve de fraternité entre les peuples esquissé à travers la poésie

Les résidents du Centre d’accueil des demandeurs d’asile ont été les invités du Collège Cévenol pour une soirée placée sous le signe du partage des cultures.

Macha lit un texte en russe , sa langue d’origine. Avec sa famille, elle vit au CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) du village distingué du titre de Juste parmi les nations, et qui va bientôt inaugurer un lieu de mémoire dédié à l’accueil des réfugiés sur son territoire.

La jeune fille brune a 18 ans. Elle suit avec aisance une scolarité au Cévenol, lycée international du Chambon-sur-Lignon, en terminale ES. Lorsqu’on la félicite sur sa prestation, devant un public fourni, dans le cadre de Babel heureuse, un spectacle inclus dans le Printemps des poètes, elle sourit et tempère notre enthousiasme. « J’ai l’habitude maintenant. Ça fait six ans que je participe à ce genre de manifestation. » Incrédulité autour de Macha, entourée de ses parents et de son petit frère. « Six ans ? Mais qu’est ce que ça signifie ? Vous et vos parents êtes, depuis six longues années, en attente des documents vous reconnaissant le statut de demandeur d’asile ? Mais comment vit on pareille situation ? » Mal visiblement. Sa mère laisse perler des larmes, son père détourne le regard, très affecté. Un élève de première, découvre la situation de sa camarade. « Macha est si brillante, elle parle sept langues. Comment peut on imaginer qu’elle n’est pas le droit de vivre chez nous ? » Il se révolte illico : « C’est quoi cette société de m… ? Une frontière, un simple trait sur une carte, ça justifie qu’on bouzille sa vie ? »

Cette anecdote, c’est l’un des petits miracles suscités par pareille initiative à laquelle l’ensemble des familles du CADA Pierre Valdo (sauf une qui venait d’accueillir un bébé), une cinquantaine de résidents, à répondu, jeudi soir. Salle François Lods, les langues malgache, peul, catalane, galicienne, arménienne, allemande, albanaise, alsacienne , italienne… ont retenti, entonnées par des jeunes et des anciens. Wodjek, chauffeur de l’autocar des élèves d’un lycée allemand, actuellement reçu au Cévenol, a même lu un poème en polonais.

Une parenthèse heureuse et appréciée de tous pour rompre un quotidien parfois désespérant.

Fabienne Mercier - La Tribune Le Progrès - 24 mars 2013

Babel_1.png

Les participants ont travaillé sous la direction du comédien Nicolas Revest.


Babel_2.png

Emmenée par la chorégraphe Lisa Gimenez, la salle a bougé sur une musique russe.


Babel_3.png

La manifestation se déroulait dans le cadre du Printemps des poètes.


Photos Fabienne Mercier