Olivier_Philip.jpg

Olivier Philip, ancien préfet de la région Rhône-Alpes, est mort

C’est une grande figure de la vie Lyonnaise, mais aussi un grand serviteur de l’État et un grand résistant qui vient de disparaître, le 17 mars dernier, à l’age de 87 ans.

Oui, Olivier Philip était tout cela à la fois, lui qui s’inscrivait dans une tradition familiale qui perdure encore aujourd’hui. Né en 1925, il était, en effet, le fils d’André Philip, personnalité de la gauche d’avant-guerre, député SFIO du Rhône - il fut des 80 parlementaires qui refusèrent de voter les pleins pouvoirs à Pétain - avant de devenir l’un des compagnons de De Gaulle à Londres, puis plusieurs fois ministre sous la IVe République. Mais Olivier Philip était également le père de Christian Philip, ancien adjoint de Raymond Barre et ancien député du Rhône et de Thierry Philip, l’actuel maire du troisième arrondissement, par ailleurs conseiller général et vice-président du Grand Lyon.

Ancien du Collège cévenol et de la faculté de droit de Lyon - il intégra l’ENA après la guerre - passé par Saint-Cyr et par Sciences Po, Olivier Philip avait lui aussi choisi de rejoindre les forces de la France libre. Il sera d’ailleurs de ceux qui seront parachutés en France au moment du débarquement allié.

Après guerre, s’ouvrira devant lui une carrière de grand commis de l’État qui le conduira, notamment, au cabinet de Georges Pompidou, alors Premier ministre, entre 1966 et 1967. En, 1978, il sera désigné préfet de la région Rhône-Alpes et du département du Rhône, poste qu’il occupera jusqu’en 1984, date à laquelle il sera nommé préfet d’Ile-de-France et de Paris.

Olivier Philip avait épousé en 1947 Jeanine Wertheimer, fille du grand chirurgien lyonnais Pierre Wertheimer.

La Tribune Le Progrès - 1er avril 2013



Olivier a également été préfet, de la Nièvre à la région parisienne, directeur du cabinet ministériel de Maurice Herzog et enfin président de la Fondation de France, de France terre d'asile et de l'Entraide protestante, ce qui n'est pas rien!
Olivier, son frère Loic et ses deux sœurs Nicole et Christiane vinrent en 1941 avec leurs parents, André et Mireille Philip, au Chambon-sur-Lignon. André intervenait auprès des réfugiés avant de rentrer bientôt dans la résistance active. Olivier rejoignit Londres, avec son père, en juillet 1942, via le Portugal. Mireille vécu toute la guerre au côté de la famille d'Edouard Theis, travaillant en secret à acheminer des israélites vers la frontière suisse. Les enfants fréquentèrent l’Ecole Nouvelle Cévenole et firent partie des adhérents fondateurs de l’Association des Anciens du Collège Cévenol en 1949. Ils lui ont toujours manifesté leur soutien et leur amitié.
Que toute la famille d’Olivier reçoive ici le témoignage d’affection et de compassion de toute la communauté des anciens et amis du Collège Cévenol.

Laurent Pasteur
Président des anciens

(merci a Gérard Bollon pour sa contribution à ses quelques lignes d'histoire complémentaires)