« Nous en appelons à toute autorité susceptible d’apporter son concours »

Le Chambon-sur-Lignon. Éliane Wauquiez-Motte, maire, lance un appel aux soutiens pour aider le collège-lycée Cévenol à surmonter ses difficultés.

photo-julien-wagner.jpg

Vous avez décidé de lancer une pétition en direction des pouvoirs publics pour « la sauvegarde du Lycée-collège international Cévenol ». Pourquoi ?

Le collège est aujourd’hui dans une situation délicate. Le président de l’association qui le gère a déposé une demande de redressement judiciaire afin d’assainir la situation et de repartir avec une nouvelle équipe.
Les habitants du Chambon comme du plateau sont très attachés à cet établissement. Les difficultés qu’il rencontre nous incitent à marquer notre soutien. C’est pourquoi nous, la municipalité mais aussi la population du village, en appelons à toutes les autorités susceptibles d’apporter leur concours : services de l’État, ministère de l’Éducation nationale, conseil régional, conseil général ou Fédération protestante unifiée de France.

Connaissiez-vous les difficultés du Cévenol et vous attendiez-vous à une telle nouvelle ?

Je la craignais en effet. Dès lors qu’un établissement qui recevait jusqu’à 300 élèves n’en compte plus aujourd’hui que 130, on peut imaginer qu’il connaît des difficultés.
Notre but est donc qu’il redevienne attractif avec un nouveau projet.

L’équipe dirigeante précédente est-elle responsable de cette situation ?

Je ne souhaite absolument pas rentrer dans la critique ou la polémique. On ne peut que se réjouir qu’il y ait une nouvelle équipe, dynamique et mobilisée, composée d’anciens du collège. Elle n’est pas encore en place mais le sera bientôt lors de l’assemblée générale.

De quoi a besoin aujourd’hui le Cévenol pour repartir de l’avant ?

Il existe plusieurs nécessités. La nécessité d’un nouveau projet, la nécessité de nouveaux financements, et la nécessité d’une forte mobilisation autour du nouveau projet, notamment celle de l’équipe pédagogique.

Comment rendre l’établissement à nouveau attractif ?

Le collège à décider de se tourner à nouveau vers l’international. Il a pris son bâton de pèlerin pour solliciter l’aide d’anciens élèves américains ou européens. Je pense que c’est une très bonne piste. Se tourner vers l’international permet de se distinguer des lycées et collèges voisins. Et l’avenir doit passer par l’accent mis sur la différence. Un choix d’autant plus naturel que Le Chambon a toujours été un village ouvert sur l’extérieur. C’est un peu dans nos gênes.

Attendez-vous d’autres changements ?

Il y a déjà d’énormes changements, et ils sont visibles aussi bien dans l’établissement que dans la nouvelle équipe pédagogique.
Les enfants d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier. Internet, un monde toujours plus ouvert et globalisé impliquent forcément de nouvelles orientations et une refondation.

Propos recueillis par Julien Wagner - La Tribune Le Progrès - 5 mai 2013