Procès du meutrier présumé d'Agnès Marin. "Jamais Mathieu n'aurait dû être scolarisé au Cévenol"

Les représentants du lycée du Chambon-sur-Lignon estiment avoir été "trompés" lors de l'inscription de l'adolescent dans l'établissement

proces-agnes-chambon-sur-lignon.jpg

Laurent Pasteur, le vice-président de l'association unifiée du collège Cévenol au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) où a été violée et tuée la jeune Agnès Marin fin 2011, a déclaré ce lundi midi à Paris que "jamais Mathieu n'aurait dû être scolarisé dans l'établissement ni dans aucun autre". Le représentant de l’établissement estime en effet avoir été, lui, le directeur du site comme l’ensemble de l’équipe pédagogique, « trompés » lors de l’inscription de l’adolescent. Une déclaration qui intervient une semaine avant l'ouverture du procès du meurtrier présumé devant les assises de la Haute-Loire et que les dirigeants du Cévénol tentent de sauver la prochaine rentrée scolaire. Soutenu par la fédération nationale du protestantisme, le collège-lycée international est à la recherche de 250000 euros pour sortir du redressement judiciaire prononcé début mai. Il lui faut pour cela faire appel aux dons, aux prêts et surtout relancer de façon significative les inscriptions. Fin des années 80, l'établissement privé accueillait plus de 500 élèves de 40 nationalités. Ils étaient 180 en 2011. Depuis le drame, il a encore perdu 30% de ses effectifs malgré la qualité reconnue de son enseignement.

FABRICE VEYSSEYRE-REDON - Le Progrès - 11 juin 2013