Chambon-sur-lignon: les conséquences du meurtre d’Agnès

Le compte à rebours s’est accéléré pour le Cévenol, collège-lycée du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), où Agnès Marin a été violée et tuée il y a un an et demi par un camarade, Mathieu.
Depuis le meurtre, qui sera jugé dans une semaine devant les assises de la Haute-Loire, le lycée international est passé de 180 à 112 élèves. Après son placement en redressement judiciaire, l’établissement privé doit trouver 250 000 euros avant le 27 juin pour poursuivre son activité.
D’ici là l’établissement va devoir affronter la publicité du procès de Mathieu. Le directeur du Cévenol sera d’ailleurs appelé à témoigner. Le vice-président de l’association unifiée du collège, Laurent Pasteur a déjà fait savoir qu’il ne laisserait pas ternir davantage l’image du Cévenol. Pour lui “jamais Mathieu n’aurait dû être scolarisé dans l’établissement ni dans aucun autre”, compte tenu de l’état psychologique de l’adolescent et de sa mise en examen pour viol dans le Gard en 2010.

Le Dauphiné.com