tribune.pngLa communauté protestante au secours du collège Cévenol

L’établissement a basculé, depuis le meurtre d’Agnès, sous le seuil de rentabilité des 160 inscrits. Placé en redressement judiciaire, il lui manque 250000 euros.

Le compte à rebours s’est accéléré pour le Cévenol, collège lycée du Chambon-sur-Lignon, où Agnès Marin a été violée et tuée il y a un-an-et-demi-par-un-camarade, Mathieu (lire notre édition du 10juin).

Objectif: 350 à 400 élèves en 2015

Après son placement en redressement judiciaire, l’établissement privé doit trouver 250 000 euros avant le 27 juin pour poursuivre son activité. Depuis le meurtre,qui sera jugé dans quelques jours devant les assises de la Haute-Loire, le lycée international est passé de 180 à 112 élèves. Le pire scénario pour le Cévenol qui avait déjà vu ses effectifs divisés par trois depuis 1990. Un nouveau projet pédagogique, initié par l’Association unifiée du collège (AUCC) et une gouvernance renouvelée, vient d’être élaboré, toujours basé sur l’enseignement du respect des autres, la non-violence, la paix et le sens des responsabilités. Philosophie fidèle aux valeurs des deux pasteurs qui ont créé l’établissement il y a soixante quinze ans sur ces reliefs du Vivarais, entre Auvergne et RhôneAlpes.
Cette refondation a été lancée lundi depuis le siège même de la Fédération nationale du protestantisme, à Paris. Plus qu’un symbole, un acte clair de soutien de la communauté protestante qui se serre les coudes pour sauver ce lieu emblématique. Porté par un passé mémorable dans la commune, reconnue « Juste parmi les Nations » par le gouvernement israëlienen1990, le Cévenol espère pouvoir aussi compter sur la communauté juive pour ce nouveau départ.Grâce à son programme éducatif revisité et très orienté sur le développement durable et l’international, il parie en outre sur le soutien des académies de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble pour redresser la barre à l’horizon 2015.Avec un objectif affiché de 350 à 400 élèves d’ici à septembre 2015.
D’ici là, l’établissement aura dû affronter la publicité du procès de Mathieu. Le directeur du Cévenol sera appelé à témoigner.

proces-agnes-chambon-sur-lignon.jpg

30 % Le pourcentage d’élèves en moins - Laurent Pasteur, tout en réaffirmant sa solidarité avec la famille d’Agnès, entend sauver le Cévenol.

Le vice-président de l’AUCC, Laurent Pasteur a déjà fait savoir qu’il ne laisserait pas ternir davantage l’image du Collège Cévenol : « S’il y avait plus de drogue ou d’alcool dans notre lycée que dans le reste des écoles françaises, il serait fermé depuis longtemps et ce serait très bien ainsi ! », soutient-il, agacé. Pour lui « jamais Mathieu n’aurait dû être scolarisé dans l’établissement ni dans aucun autre ».
Compte tenu de l’état psychologique de l’adolescent et de sa mise en examen pour viol dans le Gard en 2010, il estime que le Cévenol a été « trompé » .
Trompé par qui ? Il attend, tout comme la famille de la jeune victime, beaucoup du procès sur ce point.

Fabrice Veysseyre-Redon - La Tribune Le Progrès - 11 juin 2013